Les numéros d’urgence

N’hésitez pas à contacter ces numéros, vos interlocuteurs sauront vous écouter et vous aider.

Le 39 19 : Violences Femmes Info

Le 3919 est un numéro destiné aux femmes victimes de violences, ainsi qu’à leur entourage et aux professionnels concernés.

C’est un numéro d’écoute national et anonyme. Il est accessible et gratuit depuis un poste fixe en métropole et dans les DOM. 

Le numéro est ouvert du lundi au samedi, de 8h à 22h et les jours fériés de 10h à 20h (sauf les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre).

Ce numéro permet d’assurer une écoute, une information, et, en fonction des demandes, une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge.

Le 3919 n’est pas un numéro d’appel d’urgence. En cas d’urgence, appelez la police ou la gendarmerie, en composant le 17 (ou le 112 d’un portable, appel gratuit)


D’autres numéros d’urgence sont à votre disposition 24 heures sur 24.

Le 15 : numéro qui vous permet de joindre le SAMU, le service d’aide médicale urgente.
Vous serez mis en relation avec un médecin chargé de gérer l’aide médicale urgente.

Le 18 : numéro qui vous permet de joindre les Pompiers.

Le 17 : numéro qui vous permet de joindre la Police. Pour des raisons de sécurité, certains standards d’urgence possèdent une identification de l’appelant. Au moment même où vous appelez, avant que l’on vous réponde, votre numéro de téléphone s’affiche sur l’écran de votre correspondant.
Cela permet de pouvoir facilement détecter le lieu de l’appel en cas de coupure de la communication.

Le 112 : numéro d’urgence européen
Il est valable dans toute la C.E.E. La particularité de ce numéro consiste en son absence de spécificité : il concerne toutes les urgences (médicales, incendies, police…).
Ce numéro répond aux facilités d’accès des numéros d’urgence de FRANCE TELECOM®, et il est gratuit quel que soit le type de connexion que vous utilisiez.

Le 119 : Allo Enfance Maltraitée
Trois missions sont confiées à Allo Enfance Maltraitée :

Accueillir les appels d’enfants en danger ou en risque de l’être et de toute personne confrontée à ce type de situations pour aider à leur dépistage et faciliter la protection des mineurs en danger.

Transmettre les informations préoccupantes concernant ces enfants aux services des Conseils Généraux compétents en la matière, aux fins d’évaluation de la situation de l’enfant et de détermination de l’aide appropriée le cas échéant / Signaler directement au Parquet lorsque l’information recueillie le justifie.

Agir au titre de la prévention des mauvais traitements à enfant.