Christine, porte-parole d’association Voix de Femmes"

La plus grosse excuse que nos parents inventent pour nous faire descendre au pays quand on refuse un mariage forcé, souvent ils essaient de nous faire croire que notre grand-mère est malade, et dans 100% des cas, je peux vous le dire, en dix ans, j’en ai jamais vu, c’est faux quoi. Et c’est pour ça qu’il faut vraiment faire attention, se protéger, en parler à une personne de confiance, ça peut être un professeur, une infirmière scolaire, quelqu’un de la famille, la mère d’une camarade de classe, mais faut vraiment pas hésiter.

Et puis si par exemple, si vraiment on nous a supprimé nos papiers, et qu’on a peur de porter plainte contre nos parents, dans ce cas-là on porte plainte contre X, au moins ça nous protégera.

Et puis, on peut photocopier nos papiers d’identité, mais ce qu’il faut savoir, c’est que ça suffira pas si on est coincée au pays, parce qu’on est certes Française en France, mais si on se retrouve là-bas, on est Marocaine au Maroc, on est Sénégalaise au Sénégal, et Pakistanaise au Pakistan, et ce sera très très compliqué pour revenir, en plus, sur place, y a pas forcément de dispositif de rapatriement, qui c’est qui va prendre en charge nos billets d’avion, on sait pas, et puis on peut se retrouver très facilement, on subit des viols, y a pas de moyens de contraception, si on veut avorter, c’est la croix et la bannière, et résultat des courses, en fait nos vies sont complètement brisées et la liberté, c’est vrai que c’est difficile de l’obtenir d’un seul coup, elle a un prix, mais si le prix c’est de rompre avec sa famille, alors on n’est pas obligée d’aller dans un foyer, ça peut être le cas, mais on peut aussi aller dans sa famille, chez une personne de confiance, ça durera un temps mais ça vaut le coup et c’est jamais définitif.

Pour se sortir d’un mariage forcé, il faut en tout cas, je le répète mais il faut en parler.